Recherche rapide

Une année pour une vie

Maîtriser au moins une langue étrangère, voilà le grand défi lancé aux adolescents de la planète. S’ils n’ont pas quasiment réglé cette question au terme de leurs études secondaires, quand le pourront-ils ?

Au terme du mois de septembre 2021, l’Australie et la Nouvelle Zélande restent fermés à la scolarisation de jeunes étrangers, mais les pays d’Europe, les Etats-Unis, le Canada et la Grande-Bretagne sont à nouveau ouverts pour répondre à cette exigence éducative de notre temps. Dans ces pays, les établissements scolaires les plus dynamiques ouvrent donc à nouveau leurs portes aux jeunes étrangers en les intégrant à leur cursus. Ils font cela dans un double objectif :
- Permettre à ces jeunes de découvrir leur pays et leur culture en espérant qu’ils en deviennent les meilleurs ambassadeurs ;
- Permettre à leurs élèves de rencontrer des jeunes d’autres pays pour élargir leur perception du monde.


Ces établissements sont évidemment soucieux de la réussite des jeunes étrangers qu’ils accueillent. À cette fin presque tous font appel à des organismes spécialisés répondant à des normes strictes (Pourquoi choisir Terre des Langnes ?). Ces normes sont définies la plupart du temps par des instances officielles : ministères de l’éducation nationale, ministères des affaires étrangères, fédérations telles que l’office National de garantie en France ou le CSIET aux USA, qui garantissent un contrôle méthodique des candidatures par des organismes assermentés (rencontre avec le candidat et l’un de ses parents assortie d’un rapport, recommandation de professeurs, évaluation d’aptitude linguistique, préparation au départ etc.

Il s’agit en effet d’une expérience difficile dont la réussite repose sur les qualités personnelles du candidat.

Ayant le goût de la découverte et dotés par là même de puissantes qualités d’adaptation, la plupart des adolescents possèdent les atouts du succès, mais pas tous. La volonté, l’équilibre et la maturité sont au cœur de ces atouts. Le jeune doit être prêt à s’ouvrir à de nouvelles normes de vie, à faire table rase de ses petites habitudes et de ses préjugés. Curiosité, ouverture d’esprit, altruisme, aptitude à respecter les règles du pays d’accueil, désir de communiquer et de comprendre, seront ses principaux outils ! Plus vite il saura s’adapter, plus vite il créera les liens qui lui permettront d’apprivoiser la langue cible jusqu’à ce qu’elle devienne, non pas un moyen de se faire à peu près comprendre, mais un instrument naturel de pensée.

Au bout de la route, l’enrichissement personnel du candidat sera tel qu’il constituera le principal tournant de sa vie.

Conscients de l’enjeu pour leur avenir, les jeunes sont de plus en plus nombreux à envisager le grand saut. Indépendamment du coût de l’opération, les questions qu’ils se posent avec leurs parents sont source de bien des hésitations. Quel organisme choisir ? Quel est la classe ou l’âge idéal ? Comment les chefs d’établissement se positionnent-ils vis à vis de telles expériences ? S’agit-il de sacrifier une année scolaire ? Y-a-t-il des pays préférables à d’autres ? Quelles sont les qualités requises… ? Nous répondons à ces questions sur ce lien.

La nature des séjours de longue durée est assez différente d’un pays à l’autre, et les coûts varient considérablement selon qu’il s’agit d’écoles publiques ou privées, d’accueil en famille (presque toujours bénévoles dans des pays tels que les USA, l’Allemagne et le Mexique) ou d’internat. Pour les séjours de longue durée, notre site se trouve ainsi divisée en deux parties :

Les écoles publiques (externat uniquement) : USA, Canada, Angleterre, Irlande, Espagne et Allemagne,

Les écoles privées : USA, Angleterre, Mexique (Australie et Nouvelle-Zélande en attente de la réouverture des frontières). Afin de répondre à la demande de certains parents, nous n’avons pas exclu quelques établissements privés de prestige, très onéreux (en particulier en Angleterre et aux États-Unis) avec lesquels nous entretenons des relations privilégiées.

Bonne lecture et cordialement à tous,

Pascal Le Vigoureux Président de Terre des Langues